Symphonies Subaquatiques : un Conte musical pour la Protection des Océans

Symphonies Subaquatiques :  un Conte musical pour la Protection des Océans

Réalisatrice pour France Inter et passionnée de musique, Valérie Bour est aussi une maman résolument engagée. Et parce qu’elle a su s’entourer des voix d’illustres artistes comme celles de Marianne James ou Jacques Gamblin, elle offre au monde de l’enfance Les Symphonies Subaquatiques, conte musical brillant, rythmé et profondément militant. Rencontre… 

« Tout comme avec l’informatique, notre génération a du se familiariser avec les enjeux écologiques, apprendre, s’adapter, alors que nos enfants grandissent avec une conscience accrue de l’avenir de la planète ».

 

valerie bour portrait

Valérie Bour, réalisatrice à France Inter, passionnée d’art et créatrice des Symphonies Subaquatiques

Projet musical destiné à l’enfance, Symphonies Subaquatiques explore le monde fabuleux des sonorités jusque dans l’écriture travaillée au peigne fin. Entre jeux de mots, rimes et sonorités variées (Gospel, Jazz, électro, slam … ), vous insufflez au monde de l’océan un véritable souffle poétique. Selon vous, en quoi la musique et la littérature viennent-elles servir le propos résolument écologique du conte ?



Il semblerait que la musique et la littérature, tout comme les peintures de Stéphane Girel dans le livre, se mettent au service de l’écologie…grâce à elles, au pouvoir mnémotechnique de la musique et du chant, à l’humour, aux calembours, aux émotions suscitées par ces différents biais, les lecteurs et auditeurs sont sensibilisés et imprégnés par le message qui ne se veut pas moralisateur…
Le conte tente de véhiculer des valeurs tout en restant un divertissement.



Beaucoup d’artistes ont collaboré à la création de ce conte musical, de Marianne James en passant par Jacques Gamblin et Agnès Jaoui. A-t-il été facile d’impliquer ces grands noms dans l’élaboration d’un projet aussi engagé ?



Il a surtout fallu longtemps pour pouvoir tous les enregistrer car leurs plannings étaient très chargés !
Le point commun entre ces différents artistes, chanteurs ou comédiens, est qu’ils sont ceux que j’admire et que je vais systématiquement voir sur scène ou sur écran…
Partant de là, leur générosité et leur engagement écologique (notamment pour Kent, Jacques et Marianne) les a rapidement décidés à accepter notre proposition.
Ce projet a donné lieu à de belles rencontres, leur talent et leur implication a surpassé nos espérances.

les personnages symph sub

Passionnée de musique et d’écriture, vous êtes aussi une maman préoccupée par les enjeux environnementaux et souhaitant conscientiser les citoyens de demain. Selon vous, pourquoi est-il important aujourd’hui que la prévention passe par une sensibilisation de la jeunesse ?



De même que l’écologie était toute théorique pour moi et devenait viscérale au moment d’avoir des enfants, j’ai l’impression que les jeunes (et le sort qui leur est réservé) sauront davantage sensibiliser et émouvoir les adultes que les politiciens dont la sincérité laisse sceptique.
Tout comme avec l’informatique, notre génération a du se familiariser avec les enjeux écologiques, apprendre, s’adapter, alors que nos enfants grandissent avec une conscience accrue de l’avenir de la planète et des automatismes innés. Ils symbolisent l’espoir que tout n’est pas perdu.



J’ai été particulièrement touchée par le slam de Herman (Kent) qui dénonce la surpêche et plus généralement la folie destructrice de l’homme. Avez-vous conscience que le propos de ce conte pourrait dépasser le monde de l’enfance et résonner jusqu’à des oreilles plus matures ?


Oui, l’idée était de faire un conte intergénérationnel, d’où le choix d’interprètes dits « pour adultes » et de styles musicaux variés…
Une grand-mère m’a écrit qu’elle l’avait acheté pour ses petites filles mais qu’après écoute, elle voulait le garder et en offrir un autre !
Chacun y puise ce qu’il sent, ce qui l’interpelle tant au niveau des références, de sa culture personnelle que des informations. J’ai beaucoup appris en écrivant, en me documentant et en rencontrant l’association BLOOM qui se bat notamment contre le chalutage profond et dont Claire Nouvian, la fondatrice, a écrit les 4 pages pédagogiques à la fin du livre
Quelqu’un m’a dit « ma fille adore ton disque, elle l’écoute en boucle et chante beaucoup les chansons…mais il y a encore quelques mots qu’elle ne comprend pas »…j’ai envie de dire « tant mieux ! chaque écoute lui apportera quelque-chose de nouveau »
C’est ce que j’aime aussi en découvrant un nouvel album (de Kent, par exemple, alias Herman le cachalot !), pouvoir être surprise à chaque écoute par un éclairage différent, de nouvelles images qui se déploient…

IMG_4413

Kent, un des artistes associés au projet, est la voix d’Herman le cachalot



Ce projet est intéressant à plus d’un titre : il aborde le thème terriblement actuel de la protection des océans, mais est aussi peuplé de références culturelles riches et formatrices pour les plus jeunes. (littéraires, musicales …) Avez-vous des partenariats qui se créent actuellement avec le système éducatif pour associer, peut être, votre objet aux programmes scolaires ?

 

Effectivement, des projets sont en cours, 2 classes de 6ème d’un collège de Rennes travaillent sur le conte avec leur professeure de français…et des classes d’Epinay sur Seine vont se pencher sur la forme et le fond tout au long de l’année scolaire à venir pour finir par une restitution en public en fin d’année.
D’autre part, Sébastien Buffet, le compositeur et réalisateur musical du disque, en a fait une adaptation scénique, seul en scène, dans laquelle il joue tous les personnages et chante les chansons…c’est un spectacle de 35/40 minutes destiné à être joué partout, dans les écoles, les médiathèques, les salles de spectacle, les aquariums, les musées, les festivals et événements divers et qui permet d’ouvrir sur des échanges mêlant écologie et « éveil musical ».
Nous cherchons toujours des fonds pour réaliser un livret pédagogique dont les enseignants pourraient s’inspirer en classe en amont du spectacle.
Toutes les idées de partenariats seront les bienvenues, que ce soit avec l‘éducation nationale ou un producteur de films d’animations ! 

2014-12-31_193828

L’info utile en plus :

Je souhaite visiter le site officiel des Symphonies Subaquatiques

 

Je souhaite visiter la page facebook officielle des Symphonies Subaquatiques


Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *