Garches ou la Mort du libre choix Thérapeutique

Garches ou la Mort du libre choix Thérapeutique

Un silence médiatique coupable entoure l’affaire de l’unité d’oncologie pédiatrique de Garches depuis sa fermeture le 7 août 2014. Si les voix du Dr Delepine et des parents d’enfants malades ne faiblissent pas, la menace qui s’abat sur nos libertés ne présage rien de bon pour la médecine de demain….

51b0TLRYdbL._SY344_BO1,204,203,200_

Cancer, un fléau qui rapporte – N. delépine

Un taux de guérison record à Garches

Des années de lutte et d’espoir pour réussir à maintenir l’ouverture du service d’oncologie pédiatrique Raymond Poincaré du Dr Nicole Delépine. Ce 7 août dernier, une décision du ministère de la santé et de l’AP-HP a pourtant choisi un tout autre destin aux enfants malades et soignants de l’unité hospitalière de Garches. Serait-il possible que l’on condamne cette unité sous le seul prétexte qu’elle parvient à sauver des vies en administrant des traitements éprouvés plutôt que des molécules récentes aux effets secondaires ignorés? Un parti pris assumé par le Dr Delépine qui portait ses fruits au vu des 80% à 90 % de guérisons recensées pour l’hôpital de Garches contre seulement 60% dans les autres centres de soin aux pratiques « conventionnelles ».

 

« Des molécules récentes rentables contre des traitements éprouvés et personnalisés. »

 

Une médecine humaine et individualisée

Même si le docteur Delépine est un médecin efficace et engagé, elle porte le « tort » de n’avoir pas voulu se soumettre aux « essais thérapeutiques » systématiques dans le seul intérêt de ses jeunes patients. Elle même n’hésite pas à parler d’une « soviétisation de la médecine actuelle », obligée d’appliquer le même traitement pour tous les malades sans prendre en compte l’individualité du patient. Car il faut bien dire que les essais thérapeutiques sont une affaire de gros sous moins favorables aux malades qu’aux tiroirs caisses des lobbies de la santé. Et en imposant aux patients une combinaison de nouvelles molécules récentes plus rentables, le malade ne sait pas toujours qu’il joue en réalité le rôle ingrat mais lucratif de cobaye pour les laboratoires et les médecins qui supervisent les essais.

 

 « 80%  de guérisons recensées pour l’hôpital de Garches contre  60% ailleurs »

 

Le business des « essais thérapeutiques »

Beaucoup des enfants hospitalisés à Garches ont par le passé côtoyé les centres de soin qui incluent en masse les patients dans les essais. Beaucoup de parents ont vu la santé de leur petit décliner  et ont finalement choisi l’approche personnalisée et efficace du Dr Delépine. C’est pour cette raison qu’anciens malades, parents et soignants sont mobilisés pour demander la réinstauration rapide du service afin que les traitements en cours des enfants puissent être poursuivis. Face à l’émergence d’une médecine autoritaire  et robotisée, de nombreuses personnalités défilent au côté des familles, de Laurent Baffie à Mimie Mathy afin de dénoncer la dangerosité d’un système qui prend des enfants gravement malades en otage.

 

« Des personnalités s’indignent contre l’émergence d’une médecine autoritaire et robotisée. »

 

L’émergence d’une médecine autoritaire

Difficile de ne pas s’indigner face aux mesures policières prises en juillet dernier pour évacuer quatre parents en grève de la faim pour réclamer le maintien du service. Après des années de pressions administratives incompréhensibles subies par l’unité de Garches, la ministre de la santé Marisole Touraine peine à crédibiliser ses prétendus inquiétudes quant au sort d’enfants non soumis au protocole officiel. Plusieurs audits rigoureux avait en effet été mis en place avant l’ouverture du service de Garches en 2014 et bon nombre de publications scientifiques ont depuis vanté les très bons résultats des méthodes du docteur Nicole Delépine. En revanche, pas un mot sur le fait que la sécurité sociale déverse en moyenne chaque année plus de 2,5 milliards de dollars pour ces fameuses molécules souvent inefficaces et dangereuses pour la santé.

 

« Le recours systématique aux essais thérapeutiques est encouragé par le Ministère de la Santé. »

 

Une liberté de se soigner mise à mal

Le recours systématique aux essais thérapeutiques est encouragé par le chef de l’état lui même, qui préconise de doubler le Plan Cancer pour la fin 2014 dans un prétendu intérêt collectif. Un positionnement inconscient mais pas anodin lorsqu’on connait l’impuissance du pouvoir étatique face aux lobbies pharmaceutiques depuis plusieurs décennies. Tandis que ce nouvel ordre nous coupe des traitements anciens éprouvés, les résultats de ces nouveaux protocoles peinent étrangement à être publiés. Entre désinformation et opacité dans la manoeuvre, s’ajoute le fait que les parents des enfants de Garches ont été menacés du juge des enfants pour les forcer à adopter les nouveaux protocoles de soin. La réalité est que bon nombre de ses enfants qui étaient dans une phase de guérison encourent désormais un véritable danger.

2014-12-31_200829

Pour se tenir informé des actions et soutenir les enfants malades de Garches :

source:

Rebelle Santé n°170 p 14 – 17- Garches, le combat pour le libre choix thérapeutique continue.


Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *