Dossier animaux : Et si On arrêtait les Croquettes?

Dossier animaux : Et si On arrêtait les Croquettes?

Parce que la transition se fait aussi dans les gamelles, deux professionnelles de la santé animale nous mettent en garde contre la toxicité de la nourriture industrielle destinée à nos compagnons. Un constat édifiant …

Nb : Les articles de Nouv’elle Nature ont une valeur informative mais non prescriptive. Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé.



 

Un léger questionnement …

Qui n’a jamais observé d’un oeil défiant et interrogateur ces billes étrangement appétantes qu’on appelle Croquettes…? Lorsque j’ai découvert les livres de Swanie Simon et Ziegler Jutta, toute une réalité de l’industrie de l’alimentation animale m’est soudain apparue. La gamelle de nos compagnons chéris serait-elle aussi inoffensive qu’on le pense ? Les recommandations de nos vétérinaires sont-elles vraiment fiables et totalement dénuées d’intérêt ? Surtout, quelles alternatives existent pour aider nos petits protégés à regagner naturellement en vitalité et en santé ? 


Une vétérinaire aux abois

Ziegler Jutta est une vétérinaire pas comme les autres. Et lorsqu’elle décide de publier son ouvrage Toxic Croquettes, elle sait pertinemment que beaucoup de ses confrères pourraient s’en trouver offensés. Pour tenter de remettre en cause une profession jusqu’alors protégée, elle n’hésite pas à étayer précisément les angoisses qui la rongent depuis plusieurs années : « Je mets en cause mes confrères qui profitent sans scrupule de l’amour de leurs clients pour leurs animaux, jouent avec leurs peurs de la pire des façons pour justifier toutes les initiatives imaginables, fussent-elles inappropriées ou superflues. » Son constat alors est sans appel : Il existe bel et bien 2 catégories de vétérinaires, sorte de « demi-dieux en blanc » tantôt cupides et corrompus, ou bien naïfs et dociles, incapables de remettre en question « les recommandations de l’industrie des aliments pour animaux et des groupes pharmaceutiques ». Une histoire vieille comme le monde! Celle de l’appât du gain égratignant l’indépendance de nos systèmes de santé à tous les niveaux. Ziegla Jutta se veut néanmoins rassurante. Contre vents et marées, une poignée de vétérinaires osent enfin « remettre en question les régimes et médicaments prescrits, tout comme les méthodes de diagnostic et de traitement douteuses ». Survaccination, alimentation inapropriée, actes médicaux incertains … sensibiliser les propriétaires au dessous de la médecine vétérinaire devient alors une priorité.

Du poison dans les gamelles

Swanie Simon connait les animaux comme personne. Éleveuse passionnée depuis plus de trente ans, elle est aussi titulaire d’un diplôme en naturopathie vétérinaire et s’intéresse depuis longtemps aux conséquences d’une nourriture industrielle sur la santé de nos protégés. Comme sa consoeur Ziegla Jutta, elle observe au fil des années une dégradation croissante de la santé de nos animaux, semblant imiter à la perfection les maladies modernes de leur maître. Au fil de ses multiples enquêtes, la filière de l’alimentation animale révèle peu à peu ses terribles secrets. Les croquettes aux boeufs ne sont en vérité qu’un amas de sang, d’excréments, de sabot ou de testicules broyés. Plus aberrant encore, les entreprises d’équarissage rentreraient même dans le processus de fabrication des croquettes: « Il est fréquent que les entreprises d’équarissage ne prennent pas le temps, avant de les transformer en farine d’os ou de viande, d’enlever les colliers anti-puces des animaux morts d’une lente agonie ou euthanasiés ». Afin de trouver une alternative saine à la sacro-sainte croquette, Swanie Simon met en place la Méthode BARF (de l’anglais Biologically Appropriate Raw foods) qui fait rapidement de nombreux adeptes aux quatre coins du monde. Le retour à une alimentation naturelle devient un enjeu globale qui touchera aussi nos fidèles compagnons.

Le choix des industriels

Au cours de leur long cursus universitaire, il est connu que nos propres médecins ne comptabilisent qu’une poignée d’heures accordées à l’alimentation santé. Une lacune qui révèle d’ailleurs les limites de notre médecine moderne, incapable de diagnostiquer les intolérances alimentaire émergentes. Selon Ziegler Jutta, c’est cette même ignorance qui pousse les vétérinaires à se fier aux recommandations des industriels concernant l’alimentation de nos animaux de compagnie. « Les futurs professionnels apprennent certes à mettre au point des programmes alimentaires en se référant à des tableaux de besoins, mais les tableaux en question ne font que reprendre les indications de l’industrie ». Sur les bancs des écoles vétérinaires comme sur ceux des écoles de médecines, les représentants de l’industrie agro-alimentaire et pharmaceutique défilent, atrophiant à la racine toute capacité de jugement du professionnel en devenir. Cette méthode de corruption douce se poursuivra à l’ouverture des cabinets, où les vétérinaires fraîchement installés croulent sous les cadeaux et généreux avantages des industriels. « Pour quelle raison (…) un étudiant, qui n’a rien appris en dehors des aliments tout prêts, se mettrait-il subitement à tout remettre en cause, quand de surcroît les aspects lucratifs de la vente d’aliments lui sont clairement montrés avant même le début de sa carrière professionnelle ? ». 

Quand la maladie nous parle

Au fil des consultations, Ziegler Jutta constate l’inefficacité des régimes thérapeutiques industriels mis en place pour les animaux malades. Ainsi, le chat Félix souffrant d’une maladie rénale que rien n’apaise est une victime parmi d’autres de la malbouffe industrialisée. Le délicat félin d’un naturel carnivore doit composé depuis des années avec des croquettes saturées en céréales, que ses reins, justement, sont incapables de métaboliser. Le reste de la composition n’est guère plus alléchante, avec des protéines issues de sous-produits animaux ou des protéines végétales que l’organisme du chat ne parvient pas à assimiler. Ce phénomène de désensibilisation à la nourriture naturelle s’étend aussi à nos adorables toutous. Paul le labrador est un de ses chiens issus d’un élevage peu scrupuleux. Jamais allaité par sa mère, sa flore intestinale est totalement déséquilibrée et son immunité en berne. Lorsque l’éleveuse conseille à sa future maîtresse de poursuivre avec des croquettes pour chiot, les ennuis commencent à s’installer. Dermatites chroniques, flatulences, apathie… Après des mois de calvaire auprès de plusieurs vétérinaires incapables de le guérir, c’est auprès de Ziegler Jutta que la maîtresse désemparée porte ses espoirs. Pour la vétérinaire, l’état du chien est aussi alarmant que tristement banale. Les croquettes sont des aliments secs et broyés à très hautes températures. « Ce procédé détruit les enzymes si précieuses pour la digestion et dénature les protéines. Quant aux bactéries essentielles pour digérer, elles n’ont aucune chance de survie. » Le jeune labrador est un autre accidenté de l’alimentation chimique, privée de bons nutriments et particulièrement toxique pour son organisme .

La solution dans la Nature

Swanie Simon et Ziegler Jutta ont pour habitude de voir des maîtres désemparés venir les consulter en derniers recours. Toutes deux proposent avec succès un retour à une alimentation « vivante » proche de celle que les chiens et chats devraient avoir dans leur état de nature. Si cette option fait le ravissement des bouchers ou autres paysans bio, les vétérinaires préfèrent eux garder le secret. L’alimentation naturelle « sera soutenue ni par les vétérinaires, ni par l’industrie pharmaceutique et encore moins par l’industrie des aliments pour animaux, car sa mise en place irait de pair avec une chute des recettes, notamment de celles issues de la vente des chères croquettes de régime ! » affirme Ziegler Jutta avant de poursuivre : « Combien ai-je vu de chiens dont le pelage se modifiait visiblement en peu de temps grâce à un simple changement de nourriture et que je reconnaissais à peine, qu’il s’agisse de leur odeur ou de leur vitalité. » Pour Swanie Simon, même constat : la méthode BARF crée des guérisons et/ou rémissions indéniables et ses exemples sont nombreux. Dans son ouvrage Je nourris mon chien naturellement, elle aborde tous les détails d’une assiette santé pour les canidés, jusqu’à la place que doit prendre les controversées Céréales. Que les moins organisés se rassurent ! L’ouvrage Toxic Croquettes nous apprend aussi sans détour à analyser la composition des croquettes vendues pour nous orienter-faute de BARF- vers l’offre la plus acceptable pour la santé de notre animale. Car au fond, pour eux comme pour nous, bien se nourrir est surtout une question de bon sens. 



Envie d’aller plus loin ?

Toxique croquettes,  Dr Jutta Ziegler, Thierry Souccar Editions

Je nourris mon chien naturellement, Simon Swanie, Thierry Souccar Editions


1 Comment

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *