Adopter une mode Ethique, et si on s’y mettait vraiment ?

Adopter une mode Ethique, et si on s’y mettait vraiment ?

Si l’offre en matière de mode bio et accessible est encore relative, chacun peut néanmoins devenir acteur de sa consommation en adoptant les réflexes pour être dans le vent sans ruiner la planète.

 « Paradoxalement, les mauvais élèves en matière de mode toxique se trouvent parmi les grands groupes du luxe »

Du poison dans nos vêtements

 

Si les termes « Ethoxylates de nonylphénols, phtalates ou produits chimiques perfluorés (PFC) ne vous disent rien, c’est sans doute que vous ne soupçonnez pas encore l’existence de ces produits chimiques dans vos vêtements préférés. En matière de poison dans les textiles, on aurait tort de penser que leur présence dépendrait du seul prestige de la marque. Preuve en est la dernière enquête menée par Greenpeace qui recense les « Detox Losers 2015″ afin d’éclairer les consommateurs en manque de transparence. Parmi ceux qui n’ont tenu aucun engagement dans le processus de fabrication, on retrouve de grands groupes de luxe comme Dolce Gabbana, Versace, Gap, Hermès, Vancl, Metersbonwe, PVH, Bestseller, Giorgio Armani, LVMH/Christian Dior et Only the Brave. Au contraire, des marques plus populaires et accessibles comme Esprit, C&A et H&M peuvent se féliciter d’avoir adopter des changements tangibles. Il faut dire que la présence de perturbateurs endocriniens dans nos vêtements inquiète autant que la pollution environnementale causé par les industriels de la mode. Heureusement, des alternatives éthiques existent pour être enfin exigeant en matière d’habillement. 

mode bio

Les 5 clés pour adopter une

mode consciente

 

J’encourage les marques qui s’engagent !

  • Le cas H&M cité en exemple

Avant de s’orienter vers les marques 100% bio, on peut déjà soutenir les marques bien connues qui se soucient de la planète en offrant une gamme résolument engagée. C’est le cas de la marque H&M qui crée une passerelle entre tendance et matière naturelle avec sa ligne Conscious : Coton bio, Soie, chanvre et lin sont désormais des matières  exploitées par la maison suédoise sans que cela n’impacte les prix très abordables propre à la marque. Depuis 2013, il est aussi possible de ramener d’anciens vêtement à recycler dans le magasin contre un bon de cinq euros valable sur un achat minimum de 30 euros… de quoi éveiller durablement les consciences!

J’achète bio mais moins souvent !

  • Entre achats compulsifs et gaspillage

Que ce soit sur internet ou dans les centre-villes, l’offre mode est abondante et la tentation toujours grande. Mais à y réfléchir un instant, avons-nous vraiment besoin d’acheter une multitude de vêtements et d’accessoires qui passeront probablement le plus clair de leur temps dans nos armoires ? Privilégier la qualité à la quantité est la meilleure façon de s’organiser un placard éthique avec des vêtements correspondant enfin à nos valeurs. S’il est vrai que les marques de vêtement bio ont un coût plutôt élevé, n’est-il pas mieux pour notre santé et la planète d’avoir une robe Ekyog plutôt que 10 tops Jennyfer ? Dans la mode comme ailleurs, tout est une question de mesure et de responsabilité ! 

vetement sans souffrance animale

J’arrête enfin de porter des animaux ! 

  • Lien entre mode et souffrance animale

Qui n’a pas en tête les images choquantes de lapins angora dont on arrache les poils à vif pour utiliser leur laine ? Qui ignore encore qu’une capuche en furet, renard ou autre petits innocents inclut une mise à mort à la chaîne cruelle et des souffrances sans précédent. Si le bien-être animale semble loin des préoccupations du monde de la mode, c’est bien au consommateur de donner de la voix en optant pour des vêtements « cruelty free » respectueux de la planète et de tous ses habitants. Par chance, la mode Vegan est en plein essor, proposant des matières nobles issues du règne végétale avec un aspect plus vrai que nature. De quoi nous faire vite oublier notre bon vieux blouson en cuir ! 

Je privilégie les friperies aux magasins ! 

  • La mode comme éternel recommencement

Qui a dit que porter des vêtements et accessoires d’occasion était passé d’âge ? A l’heure ou le vintage emballe jeunes et moins jeunes, les friperies sont prêtes à nous montrer leur plus belles pièces introuvables en grande distribution et à des prix exceptionnels. Rien de plus agréable en effet que de donner une seconde vie à une vêtement et de le customiser pour le mettre au goût du jour ! Trouver la perle rare dans l’Emmaüs du coin n’est jamais rare et avouons qu’il est toujours agréable de porter une tenue unique qu’on ne verra pas sur les autres. 

Je soutiens les petits créateurs locaux !

  • Mêler l’originalité à la qualité

Pas facile quand on est un petit créateur de concurrencer les marques implantées depuis des années sur le marché de la mode. C’est pourtant bien eux que l’on devrait soutenir en tenant compte du caractère unique de leur production, et de l’intérêt qu’ils ont pour la plupart porté au choix des matières premières. Si le prix à payer est parfois élevé, il n’est généralement pas plus cher qu’une marque de luxe peu éthique avec des produits fabriqués par des ouvriers exploités à l’autre bout du monde. Plus qu’un simple effet de mode, le retour au fait-main et au made in France est une nécessité dans un monde où le produit fini est moins une question d’amour que de profit. 

be conscious


3 Comments

  1. Bonjour,
    À la lecture de cet article, je suis tenté de vous conseiller Ardelaine…
    C’est de la laine (c’est plus trop la période) et c’est surtout de l’achat éthique!
    Bonne découverte!
    Daniel

    Reply
    • Merci pour cette découverte 🙂

      Reply
  2. ô comme je suis touchée !!! Et que j’aime ton site d’amour <3 🙂

    Reply

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quand une accro au shopping achète éthique - Sweet & Sour | Healthy & Happy Living - […] J’ai adoré l’article d’Alexandra « Adopter une mode éthique, si on s’y mettait vraiment ? ». […]

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *