Et si vous étiez Hypersensible Chimique ?

Et si vous étiez Hypersensible Chimique ?

Nous vivons dans un environnement où la chimie a considérablement pris le pas sur le naturel. Du plastique à profusion jusqu’à nos produits ménagers dans la maison, ce que l’on appelle si hâtivement « progrès » n’est pourtant pas sans danger pour l’organisme. Décryptage d’une nouvelle maladie chronique qui gagne en visibilité. « Si l’hypersensibilité chimique reste si difficile à diagnostiquer, c’est qu’elle peut se manifester par des symptômes assez variables ». La toxicité au quotidien L’hypersensibilité chimique est mise en évidence pour la première fois en 1952 par un allergologue de chicago, le Dr Therone G. Randolph. Il constate que la majorité de ses malades présentent une sensibilité à des composés organiques tels que les gaz d’échappement, les solvants ou les dérivés de pétrole. Il publie même en 1962 une étude sur ce sujet, avant d’être discrédité par d’autres professionnels de la santé. Pourtant, les molécules chimiques sont bel et bien présentes partout autour de nous: dans nos canapés, dans la peinture qui recouvre nos murs, y compris dans nos cosmétiques sensés chérir notre peau. Si de récents scandales sanitaires semblent enfin établir le lien entre  maladies chroniques et pollution environnementale, les autorités médicales peine à officialiser l’impact désastreux de la pollution chimique sur notre santé. Hypersensibilité ou « l’allergie à tout » L’hypersensibilité chimique est une intolérance plus ou moins sévère aux parfums et produits parfumés, produits d’entretien, lessives, assouplissants, cosmétiques, pesticides, insecticides, huiles essentielles, encens, nettoyage à sec, essence et diesel, matériaux de construction, encres, peintures, bombes désodorisantes et, de façon générale, de tout ce qui contient des solvants (c’est à dire un nombre incalculable de produits que nous utilisons dans la...